En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
Vous êtes ici :   Accueil » Blog » Information
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...

Blog - Information


   

Des nouvelles de la fontaines des amours  -  par webmaster

En automne et de nouveau au mois d'avril 2018, nous avons consulté les archives de la mairie de Javerlhac pour essayer de trouver s'il s'y trouve des informations quant à la propriété de la fontaine des amours. Nous venons de transmettre les résultats au conseil municipal. Si vous avez d'autres informations sur cette fontaine, merci de contacter la webmestre.

Ci-dessous copie de la lettre.

M. le maire de Javerlhac, mesdames et messieurs les conseillers municipaux,

Voici les résultats de la recherche concernant la propriété d'une fontaine :

Qui est propriétaire de la fontaine des amours (fontaine des dames) ?

La fontaine se trouve sur le chemin rural côté parcelle AE193 sur du terrain communal.

Argumentaire :

Le cadastre napoléonien de 1826 montre toutes les sources/fontaines relativement importantes sans numéro de parcelle sur le chemin (p. ex. fontaine du Buisson, fontaine de Pys, fontaine de la Cour), d'autres fontaines, comme la fontaine des Amours n'apparaissent pas du tout.

La consultation des matrices du cadastre entre 1884 et 1975 (pas de matrice d'avant 1884) le prouve.

Exemples où il faut toujours lire « pré à proximité de la fontaine x », la fontaine ne fait pas partie de la parcelle !

« Pré de la fontaine » au Buisson B286 (napoléon). La fontaine est dessinée sur le chemin.

« Devant la fontaine » E18 à La Cour devenu AO77 – au 19e siècle la fontaine/lavoir n'a pas de numéro, actuellement c'est la parcelle AO78.

La fontaine des Amours/des Dames est mentionné en 1913 sous le nom Les Pradelles de la fontaine B390 (devenu AE193) – comme ci-dessus, la fontaine est à l'extérieur de la parcelle.

Preuves trouvées dans les réunions du conseil municipal :

1870 Sir Robert Jean qui veut construire une nouvelle maison doit en échange céder un passage d'accès de 2 m de large à l'ancienne fontaine.

La même année un litige concernant l'accès à l'abreuvoir du Bandiat sur le chemin de Javerlhac à Puymartin opposent les messieurs Bonhomme et Rispal fils. Cet abreuvoir et un lavoir se trouvaient sur l'actuel chemin entre les parcelles AE193 et AE198.

La parcelle AE193 a été acquis par Jacques Martial le 25 mars 1967 de M. Marvaux de la Chapelle-Montbrandeix, puis C. V. l'acquière par succession. Aucun des documents mentionne l'existence d'une fontaine sur la parcelle. La clôture du pré a toujours contourné la fontaine. Voir la photo de 1992 ci-dessous.

Conclusion : L'agriculteur doit mettre la clôture de son pré en arrière de la fontaine. La commune peut sécurisée la fontaine avec une barrière en bois, comme cela a été fait à Teyjat.

jardin-mur-fontaine

Lire la suite Lire la suite

En automne et de nouveau au mois d'avril 2018, nous avons consulté les archives de la mairie de Javerlhac pour essayer de trouver s'il s'y trouve des informations quant à la propriété de la fontaine des amours. Nous venons de transmettre les résultats au conseil municipal. Si vous avez d'autres informations sur cette fontaine, merci de contacter la webmestre.

Ci-dessous copie de la lettre.

M. le maire de Javerlhac, mesdames et messieurs les conseillers municipaux,

Voici les résultats de la recherche concernant la propriété d'une fontaine :

Qui est propriétaire de la fontaine des amours (fontaine des dames) ?

La fontaine se trouve sur le chemin rural côté parcelle AE193 sur du terrain communal.

Argumentaire :

Le cadastre napoléonien de 1826 montre toutes les sources/fontaines relativement importantes sans numéro de parcelle sur le chemin (p. ex. fontaine du Buisson, fontaine de Pys, fontaine de la Cour), d'autres fontaines, comme la fontaine des Amours n'apparaissent pas du tout.

La consultation des matrices du cadastre entre 1884 et 1975 (pas de matrice d'avant 1884) le prouve.

Exemples où il faut toujours lire « pré à proximité de la fontaine x », la fontaine ne fait pas partie de la parcelle !

« Pré de la fontaine » au Buisson B286 (napoléon). La fontaine est dessinée sur le chemin.

« Devant la fontaine » E18 à La Cour devenu AO77 – au 19e siècle la fontaine/lavoir n'a pas de numéro, actuellement c'est la parcelle AO78.

La fontaine des Amours/des Dames est mentionné en 1913 sous le nom Les Pradelles de la fontaine B390 (devenu AE193) – comme ci-dessus, la fontaine est à l'extérieur de la parcelle.

Preuves trouvées dans les réunions du conseil municipal :

1870 Sir Robert Jean qui veut construire une nouvelle maison doit en échange céder un passage d'accès de 2 m de large à l'ancienne fontaine.

La même année un litige concernant l'accès à l'abreuvoir du Bandiat sur le chemin de Javerlhac à Puymartin opposent les messieurs Bonhomme et Rispal fils. Cet abreuvoir et un lavoir se trouvaient sur l'actuel chemin entre les parcelles AE193 et AE198.

La parcelle AE193 a été acquis par Jacques Martial le 25 mars 1967 de M. Marvaux de la Chapelle-Montbrandeix, puis C. V. l'acquière par succession. Aucun des documents mentionne l'existence d'une fontaine sur la parcelle. La clôture du pré a toujours contourné la fontaine. Voir la photo de 1992 ci-dessous.

Conclusion : L'agriculteur doit mettre la clôture de son pré en arrière de la fontaine. La commune peut sécurisée la fontaine avec une barrière en bois, comme cela a été fait à Teyjat.

jardin-mur-fontaine

Fermer Fermer

Publié le 25/05/2018 • 12:43   | Tous les billets | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut


Commentaires

Réaction n°1 

 par Didier le 28/05/2018 • 22:51

Bonsoir Sigrun,

évidemment que la fontaine est rattachée au chemin communal et donc est propriété de la commune et non d'un individu. C'est le cas partout, les fontaines, bien publique, ne pouvaient pas se trouver au milieu des chemins et par conséquent il y avait une « excroissance » cadastrale qui les incluait au tracés des voiries. C'est le cas à Vendoire où j'habite etc. Aussi loin que je me souvienne, c'est à dire 50 ans, j'ai toujours vu la clôture de la parcelle AE193 passer derrière la fontaine, sinon comment faisaient les braves gens pour l'entretenir ou pour prendre de l'eau, et je n'ai jamais entendu dire que celle-ci appartienne à un propriétaire privé. C'est même tout le contraire. Je consulterai la collection des vieux numéros des Cahiers de la Chapelle quand je me rendrai à Javerlhac, il doit bien y avoir une note sur cette fontaine. Il est aussi courant que certains propriétaires « exploitants agricoles » empiètent sur les voiries en contournant les poteaux téléphoniques pour augmenter la surface de leurs parcelles et ainsi obtenir plus de subventions, les parcelles cultivées étant contrôlées par satellite, ou augmenter leur récolte qui est également subventionnée. À Vendoire les poteaux téléphoniques sont régulièrement dézingués, au sens propre, par les engins agricoles. S'ils pouvaient labourer les routes, ils le feraient. Je me souviens même d'un chemin partant de Barancourt et allant en direction de la Fontaine de Ste Marguerite qui avait été entièrement labouré par les mêmes margoulins !! Bref, les exemples ne manquent pas. On pourrait ajouter les innombrables querelles de « cadastre », limites de propriétés entre exploitants etc.

Cordialement. Didier.

Javerlhac Découverte (Syndicat d'initiative) de Javerlhac-et-la-Chapelle-Saint-Robert (association loi 1901) - tous droits réservés 2004-2019

Webmaster: Sigrun Strunk